Top Social

Comment devenir à l'aise en anglais.

vendredi 30 juin 2017


Il est assez connu de nos voisins frontaliers que les Français ne sont pas des champions en anglais. Et c'est vrai que ce n'est pas avec les cours de langue au collège ou au lycée que nous allons tous devenir des pros. Déjà nous partons avec un handicap, puisque le français fait partie des langues latines comme l'espagnol et l'italien. Tout part finalement de la linguistique, ce n'est donc -pas que- de notre faute. Les allemands dont la langue a une origine saxonne sont bien meilleurs en anglais que nous, car il y a plus de similitudes dans les sonorités et prononciations. 
Bref, tout ça pour dire qu'on est sacrément mauvais en anglais et qu'il faut essayer d'y remédier. J'ai pensé à quelques conseils pour essayer de s'améliorer à l'oral comme à l'écrit, quotidiennement. 

1) Voyager (seul(e) c'est encore mieux).

Cela peut paraître clair comme de l'eau de roche et pourtant c'est vraiment la chose qui vous forcera à sortir de votre zone de confort. Les voyages linguistiques en classe sont généralement complètement inutiles puisqu'on passe son temps en groupe, sans s'intégrer auprès des hôtes étrangers. Le plus efficace c'est donc de partir seul (ou à deux si vraiment vous êtes flipette) à l'aventure dans un pays où l'anglais est beaucoup utilisé. Même si vous partez dans un pays dont vous maîtrisez la langue principale, comme l'allemand ou le chinois, l'anglais vous sera forcément utile à un moment ou à un autre. Et rien que le fait de vous exprimer dans une autre langue, vous donnera plus d'assurance lorsqu'il s'agira de switcher en anglais. Le fait de partir seul(e) vous oblige à vous lancer et à ne pas se reposer sur votre copain ou votre soeur qui se débrouille peut-être mieux que vous. 
Par expérience, je sais que partir un an en Erasmus multiplie par mille votre confiance en vous en langue vivante. D'abord parce que vous débarquez dans un endroit inconnu et que vous êtes forcés de vous dépatouiller, puis parce que vous avez des cours à suivre et des devoirs à rendre en langue étrangère. Même si en Erasmus, on finit toujours par retrouver une communauté de français avec qui sortir, vous n'aurez pas d'autre possibilité que de progresser en langue vivante. 

2) Regarder des films en VOST  (VO si vous avez la confiance).

Vous saviez que dans les pays nordiques, les films anglophones ne sont pas doublés? Cela veut dire que dès le plus jeune âge, les enfants sont habitués à entendre de l'anglais. Pas étonnant qu'une suédoise de 14 ans parle anglais mille fois mieux que vous à 21 ans. Nous n'avons donc plus qu'à rattraper notre retard et essayer de prendre cette habitude aujourd'hui. Certaines séries sont plus abordables à regarder en V.O, la première me venant à l'esprit étant Downton Abbey pour la beauté de la langue et l'apprentissage du langage soutenu. Il faut aussi penser au vocabulaire que vous souhaitez apprendre, selon les thèmes qui vous intéressent vous pourriez regarder des séries policières, familiales, fantastiques, etc. Si vous avez tendance à rapidement vous lasser, choisissez des séries avec des épisodes plutôt courts, de 20 minutes. Commencez soft avec les sous-titres en français, puis en anglais et enfin enlevez les! Le niveau du dessus c'est de mettre l'audio en anglais et les sous-titres en mandarin (non je rigole). Si vous avez la flemme de regarder des films entiers en anglais, allez sur Youtube et abonnez-vous à des youtubeurs anglais! C'est un très bon moyen d'apprendre en regardant des vidéos qui vous intéressent.

3) Lire en anglais

Si vous n'êtes pas à l'aise en anglais, pas la peine de commencer par une pièce de Shakespeare, même si l'ouvrage n'est pas épais, c'est sans doute le plus difficile à lire. Ni même avec Harry Potter puisque même si c'est plus simple à lire, les pavés de 1000 pages risquent de vous décourager rapidement. Il faut essayer de trouver un entre deux. Pour commencer à lire des livres en anglais j'aurais donc deux conseils. Essayer les romans de jeunes adultes ou des comédies, qui contiennent du vocabulaire de tous les jours et des situations quotidiennes, sans partir dans des métaphores de folie.  Pour ceux qui possèdent une Kindle, vous pouvez acheter des livres en anglais qui proposent des traductions si vous touchez un mot que vous ne connaissez pas sur la page, c'est aussi très pratique pour se lancer dans ce type de lecture sans avoir le dico à côté de soi. 
Ensuite, abonnez-vous, sur Facebook par exemple, à des magazines ou journaux étrangers qui postent quotidiennement sur votre fil d'actualité. Si vous lisez un article par jour, sur des sujets qui vous intéressent que ce soit l'art, la mode, l'histoire ou la politique, vous apprendrez petit à petit beaucoup de vocabulaire et la lecture sera moins laborieuse.

4) Avoir un correspondant 

Un autre bon moyen d'être plus à l'aise c'est d'avoir un ami à qui s'adresser directement dans sa langue. Vous pouvez commencer par correspondre par écrit, que ce soit via Internet ou par courrier. J'ai de mon côté plusieurs correspondantes qui vivent par exemple en Autriche et en Australie. Cela force vraiment à réfléchir dans une langue étrangère (les réseaux sociaux sont aussi de bons moyens de faire des rencontres amicales, surtout Instagram car il est plus facile de savoir qui est vraiment derrière l'écran). De plus, à l'écrit, il n'y a pas le stress d'un dialogue en temps réel, vous pouvez prendre votre temps de réfléchir et de chercher des mots dans le dictionnaire. Après c'est encore mieux quand vous pouvez les rencontrer in real life mais chaque chose en son temps. 

5) Apprendre les paroles des chansons.

Même en français, il faut se méfier de la grammaire des paroles de chansons. Les besoins de la mélodie forcent parfois à faire une grammaire un peu à la sauce de l'auteur. Cela n'empêche pas d'essayer d'apprendre les paroles et de chanter au rythme de la musique! C'est une bonne façon d'apprendre du vocabulaire et de faire travailler sa mémoire. C'est quand même plus sympa de savoir ce que raconte la chanson et en plus de ne pas pousser la chansonnette dans un franglais abominable (que je fais moi-même la plupart du temps mais j'y travaille) pour le plus grand plaisir de nos auditeurs. 



En faisant un petit peu de tout ceci régulièrement, vous ne pouvez que vous améliorer en langue! Evidemment cela fonctionne pour toutes les langues, mais c'est quand même souvent l'anglais qui pose problème. Le principal c'est que lorsque vous vous retrouvez dans une situation où la personne en face de vous s'attend à une réponse en anglais, vous ne perdiez pas totalement vos moyens. Cela peut être au travail ou même dans la rue quand un passant vous demande son chemin, c'est quand même plus sympa de ne pas paniquer, non? Et puis, on s'en fiche de notre accent français, de toute façon il paraît que ça sonne hyper mignon à l'étranger (enfin on espère!)


1 commentaire on "Comment devenir à l'aise en anglais."
  1. Hello :)

    J'aime beaucoup ton article ! Pour ma part, il n'y a que le correspondant qui a manqué à l'appel dans mon apprentissage en solo de l'anglais. Depuis toute petite, je suis passionnée par tout ce qui touche à la langue de Shakespeare <3 Du coup, ça m'a aussi facilité pour l'apprendre, la comprendre et parler tout simplement. Si je pouvais parler en anglais tous les jours, le bonheur ! Dommage qu'il faille voyager et quitter la France pour trouver des personnes avec qui échanger au quotidien sans se prendre la tête.

    Ce qui a beaucoup fonctionné pour mon apprentissage, c'est surtout l'écoute quotidienne de chansons en anglais et le visionnage de films et de séries en VO. J'essaie au maximum d'éviter les sous-titres en français (sauf quand il y ma famille qui regarde avec moi et qui n'est pas encore très habituée).

    xx

    RépondreSupprimer